Camp d’anglais biblique

Ressources chrétiennes

Plusieurs de nos articles ont été transférés à Ressources

 

Plusieurs de nos articles ont été transférés à Ressources chrétiennes. Allez visiter ce nouveau site:

Ressources chrétiennes

 

 

Pages

Catégories

Statistique

 

 

Les femmes peuvent-elles exercer un ministère ordonné?

Source: Creative Commons, Flickr, Éric Bégin


LES FEMMES PEUVENT-ELLES

EXERCER UN MINISTÈRE ORDONNÉ ?


Nous croyons que cette vraie Église doit être gouvernée selon le mode d’organisation spirituel que notre Seigneur nous a enseigné dans sa Parole1. Il doit y avoir des ministres ou pasteurs pour prêcher la Parole de Dieu2 et pour administrer les sacrements3. Il doit aussi y avoir des anciens4 et des diacres5 qui, avec les pasteurs, forment le conseil de l’Église6. Par ce moyen, ils préservent la vraie religion, ils veillent à ce que la vraie doctrine soit gardée7, à ce que les hommes qui vivent dans le péché soient corrigés spirituellement et tenus en bride8, et à ce que tous les pauvres et les affligés soient secourus et consolés selon leurs besoins9. Par ce moyen, toutes choses seront bien faites et le bon ordre régnera dans l’Église lorsque de tels hommes fidèles seront élus10, selon la règle que l’apôtre Paul donne à Timothée11.

1. Ac. 6:1-6; Ac. 20:28; Éph. 4:11-12; 1 Tim. 3:15; Héb. 13:17,20-21; 1 Pi. 5:1-4.

2. Luc 10:16; Jean 20:23; Ac. 6:2,4; Ac. 13:2; Ac. 26:17-18; Rom. 10:14-15; 1 Cor. 4:1-2; 1 Cor. 12:28; 2 Cor. 5:19-20; Éph. 4:11; 1 Tim. 4:13-16; 1 Tim. 5:17-18,22; 2 Tim. 2:1-2,15; 2 Tim. 4:2.

3. Matt. 28:19-20; 1 Cor. 11:23-26.

4. Ac. 14:23; Tite 1:5.

5. Ac. 6:2-6; 1 Tim. 3:8-10.

6. Phil. 1:1; 1 Tim. 4:14.

7. Ac. 15:2,4,6,22-23; Ac. 20:28.

8. Matt. 18:17; 1 Cor. 5:4-5; 1 Tim. 5:1,20; 2 Tim. 4:2; Tite 2:15.

9. Ac. 6:1-4; Tite 1:7-9.

10. 1 Cor. 4:2.

11. 1 Tim. 3:1-13; Tite 1:5-9.

Confession de foi des Pays-Bas, article 30


Jésus-Christ a établi les fonctions officielles de pasteur, ancien et diacre pour le bien de son Église. Le Seigneur veut-il que des femmes soient ordonnées à des ministères officiels? L’article 30 dit que ce sont des “hommes fidèles” qui doivent être “élus, selon la règle que l’apôtre Paul donne à Timothée”. Dans l’original, il est question de “personnages fidèles”, mot qui désigne des hommes publics. Dans la version latine, le mot “viri” désigne des hommes. La confession affirme donc que les ministères officiels dans l’Église sont réservés à des hommes fidèles. À notre époque, où l’égalitarisme est devenu prédominant, il est nécessaire de bien expliquer la perspective biblique.

 

Égaux devant Dieu avec des rôles différents


La Bible déclare avec vigueur que la femme n’est en rien inférieure à l’homme et que Dieu a créé l’homme et la femme à son image (Gen. 1:27). Les deux ont péché et sont coupables devant Dieu (Gen. 3:16-19). Dieu a envoyé son Fils dans le monde pour sauver tout autant des hommes que des femmes. En Jésus-Christ, “il n’y a plus ni homme ni femme” (Gal. 3:28), car les deux sont tout autant sauvés par pure grâce, justifiés par son sang et sanctifiés par son Esprit. Nos sœurs sont “cohéritières de la grâce de la vie” (1 Pi. 3:7) Tous les croyants, hommes et femmes, ont reçu le même Esprit et sont tous devenus prophètes, prêtres et rois au service de Jésus-Christ dans son Église. La Bible souligne donc clairement l’égalité de l’homme et de la femme devant Dieu. En même temps, elle souligne tout aussi clairement que l’homme et la femme ont reçu de Dieu des rôles différents. Dieu a d’abord créé l’homme à partir de la poussière du sol et “le plaça dans le jardin d’Eden pour le cultiver et pour le garder” (Gen. 2:15). Ensuite, Dieu a dit qu’il n’était pas bon que l’homme soit seul, en ajoutant: “je lui ferai une aide qui sera son vis-à-vis” (Gen. 2:18). La femme que Dieu a créée à partir de l’homme n’était pas une copie conforme de l’homme, avec des droits, des privilèges et des responsabilités identiques. Dieu l’a créée pour qu’elle soit une aide à l’homme afin de l’appuyer et de le compléter dans ses responsabilités de cultiver le jardin et de le garder. Dieu a donné à l’homme le rôle de diriger et il a donné à la femme le rôle de l’aider et de l’appuyer. L’entrée du péché a bouleversé les rapports entre homme et femme, mais n’a pas changé l’ordre créé établi par Dieu ni le mandat qu’il a confié respectivement à l’homme et à la femme.

 

Le rôle de direction dans l’Ancien Testament


Dieu a appelé Abram à quitter son pays et sa famille. Sara a suivi son mari. Dieu n’a pas appelé Sara pour qu’ensuite Abram suive son épouse. Plus tard, Dieu s’est présenté à Moïse comme étant “le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob” (Ex. 3:16), et non pas “le Dieu de vos mères, le Dieu de Sara, de Rébecca et de Rachel”. En Israël, Dieu a établi des sacrificateurs qui devaient être uniquement des hommes. Les anciens dans chaque ville étaient des hommes. Les rois étaient tous des hommes. Tous les prophètes qui ont publiquement proclamé la Parole de Dieu étaient des hommes. Miryam, la prophétesse, n’a exercé qu’un rôle très limité auprès des femmes pour les encourager à chanter en l’honneur de Dieu (Ex. 15:20-21). Houlda, la prophétesse, n’a pas prêché publiquement, elle a seulement répondu à la demande du roi Josias (2 Rois 22:15-20). Les juges étaient tous des hommes, excepté Débora, qui a été prophétesse et juge (Jg. 4-5). Débora ne doit toutefois pas être considérée comme un modèle à suivre. Elle a exhorté Barak à prendre ses responsabilités de dirigeant en Israël. Si elle a exercé ce rôle de direction, c’est uniquement à cause de la négligence des hommes. Le rôle qu’elle a joué a servi à mettre les hommes dans l’embarras et à les rendre honteux de ne pas prendre leur place. Bref, en Israël, le leadership devait être exercé par des hommes, selon le principe de la distinction des rôles établi en Genèse 2.

 

Le rôle de direction dans le Nouveau Testament


Jésus n’est pas venu abolir l’ordre créé, mais le restaurer. C’est pourquoi il a nommé douze apôtres, tous des hommes, pour prêcher l’Évangile et pour fonder son Église. Ce choix n’est pas simplement le reflet de la culture de l’époque. Dieu n’est pas obligé de suivre les modes ou les normes culturelles. On le voit par exemple dans l’attitude de Jésus envers les femmes, comme la Samaritaine ou la femme adultère. Le Seigneur a nommé uniquement des hommes à des positions de direction à cause de la norme de Genèse 2. À leur tour, les apôtres se sont entourés de collaborateurs masculins, les évangélistes. Ils ont nommé dans chaque Église des anciens, qui étaient des hommes. En Actes 6, ils ont nommé sept hommes remplis de l’Esprit et de sagesse pour servir comme diacres, même si le problème qu’ils devaient résoudre concernait des veuves. Le service accompli par les femmes dans l’Église comporte des restrictions précises: “Je ne permets pas à la femme d’enseigne, ni de prendre autorité sur l’homme, mais qu’elle demeure dans le silence.” (1 Tim. 2:12). Cet ordre n’est pas limité à une culture ou à une époque, puisque la raison donnée se fonde sur l’ordre de la création et non pas sur des considérations culturelles: “Car Adam a été formé le premier, Ève ensuite; et ce n’est pas Adam qui a été séduit, c’est la femme…” (1 Tim. 2:13-14). Paul énumère ensuite les qualités requises pour être ancien et diacre, parmi lesquelles il mentionne leur rôle de leader dans le couple et la famille: “Il faut que l’évêque soit… mari d’une seule femme…; qu’il dirige bien sa propre maison et qu’il tienne ses enfants dans la soumission, avec une parfaite dignité. Car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Église de Dieu?” (1 Tim. 3:2,4). “Les diacres doivent être maris d’une seule femme et bien diriger leurs enfants et leurs propres maisons.” (1 Tim. 3:12). Même si les diacres n’ont pas le même rôle que les anciens, ils participent à la direction de l’Église et leur ordination leur confère une autorité. Ils sont appelés à visiter, aider et conseiller des hommes et des pères de famille. Un tel rôle ne convient pas à une femme. Certains affirment que Phoebé était diaconesse, mais le mot “diakonos” (Rom. 16:1) désigne très souvent un serviteur ou une servante. Utiliser ce seul verset pour essayer de prouver que les femmes peuvent être diaconesses ordonnées n’est pas convaincant, en particulier à la lumière du principe de Genèse 2 et de 1 Timothée 2 et 3.

 

La contribution active des femmes


Ceci dit, nous voyons dans la Bible de nombreuses femmes croyantes jouer un rôle inestimable de soutien et de complémentarité. Sara, Rachel, Ruth et Esther ont joué des rôles clés dans l’histoire d’Israël. Durant le ministère de Jésus, plusieurs femmes ont fait preuve de foi et d’amour envers lui en réponse à sa grâce. D’autres l’ont accompagné depuis la Galilée jusqu’à Jérusalem pour servir Jésus et les apôtres à différents moments de son ministère (Marthe, Marie-Madeleine, Jeanne, Suzanne, Salomé, Marie). Dans l’Église, Tabitha faisait beaucoup d’oeuvres et d’aumônes et confectionnait des vêtements (Ac. 9:36). D’autres faisaient preuve de compassion et d’entraide (Ac. 9:39). Dieu s’est servi de la guérison de Tabitha pour amener beaucoup de gens à la foi (Ac. 9:42). D’autres femmes ont exercé l’hospitalité en ouvrant leurs maisons pour accueillir les croyants et les apôtres (Ac. 12:12; 16:15). D’autres ont appuyé le ministère des apôtres, à l’exemple de Priscille (Ac. 18:2,18), Évodie et Syntyche (Phil. 4:2-3). À Éphèse, des veuves se consacraient à toutes sortes de bonnes oeuvres (1 Tim. 5:9-10). Ces divers exemples sont une source d’inspiration pour les chrétiennes d’aujourd’hui qui sont encore appelées à mettre à contribution leurs dons et talents au service du Seigneur dans l’Église. Elles peuvent le faire de multiples façons, par exemple dans le soutien de l’oeuvre diaconale sous la direction des diacres. Mentionnons encore cette exhortation de l’apôtre Paul aux femmes âgées qui “doivent donner de bonnes instructions, afin d’apprendre aux jeunes femmes à aimer leurs maris et leurs enfants, à être sensées, chastes, occupées aux soins domestiques, bonnes, soumises chacune à son propre mari.” (Tite 2:3-5). La santé des familles chrétiennes est tellement importante pour le développement de l’Église que Dieu a donné aux femmes plus expérimentées de l’Église la responsabilité de guider leurs sœurs plus jeunes. À notre époque où règne l’individualisme et l’esprit d’indépendance, nous avons besoin de redécouvrir ce rôle important que les femmes plus âgées doivent jouer dans l’Église. Nous devrions encourager ces chrétiennes plus expérimentées à aider les plus jeunes femmes à bien s’occuper de leur foyer. Les plus jeunes devraient être prêtes à recevoir les conseils des femmes expérimentées avec joie, reconnaissance et humilité.


Le Seigneur a donc confié la direction de son Église à des hommes fidèles. À une époque où règne un esprit égalitariste outrancier, l’Église ne devrait pas essayer d’être plus sage que Dieu. Les parents doivent préparer leurs garçons à être des leaders et doivent préparer leurs filles à être des aides. À cet égard, les femmes ont un rôle très important à jouer dans l’édification de l’Église. Au milieu de cette société qui s’éloigne de la Parole de Dieu, nous sommes appelés à nous soumettre avec foi et humilité à la volonté pleine de sagesse que Dieu nous a révélée dans sa Parole.


Paulin Bédard, pasteur


Pour approfondir ce sujet, voici des études supplémentaires:

Direction et soumission

Les rôles respectifs de l’homme et de la femme dans le mariage et dans l’Église (PDF)

Questions sur les rôles de l’homme et de la femme (PDF)

Le service des femmes dans l’Église (PDF)

Les femmes peuvent-elles enseigner dans l’Église? (PDF)

Les femmes peuvent-elles être diacres ou non? (PDF)




Commentaires fermés

haut