Camp d’anglais biblique

Ressources chrétiennes

Plusieurs de nos articles ont été transférés à Ressources

 

Plusieurs de nos articles ont été transférés à Ressources chrétiennes. Allez visiter ce nouveau site:

Ressources chrétiennes

 

 

Pages

Catégories

Statistique

Archive du mai 2011

Sermon du 29 mai 2011 (audio mp3)

dimanche, 29 mai 2011

La clôture de justice et la porte de la grâce

(Exode 27:9-19)

MP3
PDF     2.Ex 27-Clôture porte

 

 

 

 

 

La sanctification et la source des oeuvres bonnes

lundi, 23 mai 2011

Source: Creative Commons, Flickr, Éric Bégin


LA SANCTIFICATION

ET LA SOURCE DES OEUVRES BONNES


Nous croyons que cette vraie foi, engendrée en l’homme par l’écoute de la Parole de Dieu et par l’opération du Saint-Esprit1, le régénère et fait de lui un homme nouveau. Elle le fait vivre d’une vie nouvelle2 et l’affranchit de la servitude du péché3. Par conséquent, il n’est pas vrai que cette foi justifiante refroidit l’ardeur des hommes à faire le bien et à vivre saintement4. Au contraire, sans elle, ils ne feront jamais rien par amour pour Dieu5, mais seulement par amour pour eux-mêmes et par crainte d’être condamnés. Il est donc impossible que cette foi sainte soit inactive en l’homme, car nous ne parlons pas de la foi vaine, mais de celle que l’Écriture appelle la foi qui est agissante par l’amour6. Cette foi amène l’homme à accomplir les oeuvres que Dieu a commandées dans sa Parole.

Ces oeuvres issues de la bonne racine de la foi sont bonnes et acceptables devant Dieu, puisqu’elles sont toutes sanctifiées par sa grâce. Cependant, elles ne peuvent être portées à notre compte pour nous justifier7, car c’est par la foi en Christ que nous sommes justifiés, avant même que nous fassions des oeuvres bonnes8. S’il n’en était pas ainsi, ces oeuvres ne pourraient pas être bonnes, tout comme le fruit d’un arbre ne peut pas être bon à moins que l’arbre lui-même ne soit bon9. Nous faisons donc des oeuvres bonnes, mais non pas pour mériter quoi que ce soit, car que mériterions-nous? Nous sommes plutôt redevables à Dieu pour les oeuvres bonnes que nous faisons, et non pas lui envers nous10, puisque c’est lui qui opère en nous le vouloir et le faire selon son bon plaisir11. Rappelons-nous ce qui est écrit: “Quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites: Nous sommes des serviteurs inutiles; nous avons fait ce que nous devions faire”12.

Nous ne voulons cependant pas nier que Dieu récompense les oeuvres bonnes13, mais c’est par sa grâce qu’il couronne ses dons14. Au reste, bien que nous fassions des oeuvres bonnes, nous ne fondons pas notre salut sur ces oeuvres15. Nous ne pouvons faire aucune oeuvre qui ne soit pas souillée par notre chair et qui ne mérite pas de punition16. Et même s’il nous était possible d’arriver à faire une oeuvre bonne, le souvenir d’un seul péché suffirait pour qu’elle soit rejetée par Dieu17. Nous serions alors toujours dans le doute, flottant çà et là sans aucune certitude, et nos pauvres consciences seraient toujours tourmentées si elles ne se reposaient pas sur les mérites de la passion et de la mort de notre Sauveur18.


1.   Jean 5:24; Ac. 16:14; Rom. 10:17; 1 Cor. 12:3; 1 Pi. 1:23.

2.   Éz. 36:26-27; Jean 1:12-13; Jean 3:5; Jean 6:29; Rom. 8:15; Éph. 2:4-8; Col. 2:12; Tite 3:5; 1 Thess. 1:5; 1 Pi. 1:23.

3.   Jean 5:24; Jean 8:36; Rom. 6:4-6,15-22; Tite 2:12; 1 Jean 3:9.

4.   Gal. 5:22-23; Tite 2:12.

5.   Jean 15:5; Rom. 14:23; 1 Tim. 1:5; Tite 3:8; Héb. 11:4,6.

6.   Gal. 5:6.

7.   Rom. 9:32; 2 Tim. 1:9; Tite 3:5.

8.   Rom. 4:4-5.

9.   Matt. 7:17; Rom. 14:23; Héb. 11:6.

10.  És. 26:12; 1 Cor. 1:30-31; 1 Cor. 4:7; Gal. 3:5; Éph. 2:10; 1 Thess. 2:13.

11.  Phil. 2:13.

12.  Luc 17:10.

13.  Rom. 2:6-7; 1 Cor 3:14; 2 Jean 8; Apoc. 2:23.

14.  Matt. 10:42; Matt. 25:34-35; Apoc. 3:12.

15.  Éph. 2:8-10.

16.  És. 64:5; Rom. 7:21.

17.  Jac. 2:10.

18.  És. 28:16; Hab. 2:4; Matt. 11:28; Rom. 10:11; 1 Pi. 2:6.


Confession de foi des Pays-Bas, article 24


La Confession de foi des Pays-Bas est bien connue pour son opposition aux erreurs catholiques romaines et aux erreurs anabaptistes. À l’époque où Guy de Brès a écrit cette confession, les réformés devaient combattre sur deux fronts à la fois. Cela se reflète dans plusieurs articles de la confession, incluant cet article sur la sanctification et les bonnes oeuvres. Quels sont les problèmes des catholiques romains et des anabaptistes au sujet de la sanctification et des bonnes oeuvres? Les anabaptistes disent que nous ne sommes plus sous la loi, dans le sens que nous n’aurions plus besoin d’y obéir. Jésus-Christ nous en aurait libéré. Les catholiques romains, pour leur part, enseignent qu’avec la grâce communiquée par les sacrements, nous pouvons accomplir la loi et être justifiés par nos oeuvres. Ils prétendent que ceux qui croient à la justification par la foi seule, sans les oeuvres, encouragent à la paresse. Si nous n’avons pas besoin de faire des oeuvres pour gagner notre salut, cela nous ôterait toute motivation à faire des oeuvres bonnes. On peut dire que les anabaptistes sont antinomistes (contre la loi comme norme de notre sanctification), et que les catholiques romains sont légalistes (l’obéissance à la loi comme base de notre justification). Voyons comment l’article 24 répond à ces erreurs. Lire le reste de cet article » »

 

 

Sermon du 22 mai 2011 (audio mp3)

dimanche, 22 mai 2011

Recevoir le royaume de Dieu comme un petit enfant.

(Psaume 131 / Marc 10:13 à 16)

MP3

 

 

La sanctification et la vie nouvelle

lundi, 16 mai 2011

Source: Creative Commons, Flickr, Éric Bégin


LA SANCTIFICATION ET LA VIE NOUVELLE


Nous croyons que cette vraie foi, engendrée en l’homme par l’écoute de la Parole de Dieu et par l’opération du Saint-Esprit1, le régénère et fait de lui un homme nouveau. Elle le fait vivre d’une vie nouvelle2 et l’affranchit de la servitude du péché3. Par conséquent, il n’est pas vrai que cette foi justifiante refroidit l’ardeur des hommes à faire le bien et à vivre saintement4. Au contraire, sans elle, ils ne feront jamais rien par amour pour Dieu5, mais seulement par amour pour eux-mêmes et par crainte d’être condamnés. Il est donc impossible que cette foi sainte soit inactive en l’homme, car nous ne parlons pas de la foi vaine, mais de celle que l’Écriture appelle la foi qui est agissante par l’amour6. Cette foi amène l’homme à accomplir les oeuvres que Dieu a commandées dans sa Parole.

Ces oeuvres issues de la bonne racine de la foi sont bonnes et acceptables devant Dieu, puisqu’elles sont toutes sanctifiées par sa grâce. Cependant, elles ne peuvent être portées à notre compte pour nous justifier7, car c’est par la foi en Christ que nous sommes justifiés, avant même que nous fassions des oeuvres bonnes8. S’il n’en était pas ainsi, ces oeuvres ne pourraient pas être bonnes, tout comme le fruit d’un arbre ne peut pas être bon à moins que l’arbre lui-même ne soit bon9. Nous faisons donc des oeuvres bonnes, mais non pas pour mériter quoi que ce soit, car que mériterions-nous? Nous sommes plutôt redevables à Dieu pour les oeuvres bonnes que nous faisons, et non pas lui envers nous10, puisque c’est lui qui opère en nous le vouloir et le faire selon son bon plaisir11. Rappelons-nous ce qui est écrit: “Quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites: Nous sommes des serviteurs inutiles; nous avons fait ce que nous devions faire”12.

Nous ne voulons cependant pas nier que Dieu récompense les oeuvres bonnes13, mais c’est par sa grâce qu’il couronne ses dons14. Au reste, bien que nous fassions des oeuvres bonnes, nous ne fondons pas notre salut sur ces oeuvres15. Nous ne pouvons faire aucune oeuvre qui ne soit pas souillée par notre chair et qui ne mérite pas de punition16. Et même s’il nous était possible d’arriver à faire une oeuvre bonne, le souvenir d’un seul péché suffirait pour qu’elle soit rejetée par Dieu17. Nous serions alors toujours dans le doute, flottant çà et là sans aucune certitude, et nos pauvres consciences seraient toujours tourmentées si elles ne se reposaient pas sur les mérites de la passion et de la mort de notre Sauveur18.


1.  Jean 5:24; Ac. 16:14; Rom. 10:17; 1 Cor. 12:3; 1 Pi. 1:23.

2.   Éz. 36:26-27; Jean 1:12-13; Jean 3:5; Jean 6:29; Rom. 8:15; Éph. 2:4-8; Col. 2:12; Tite 3:5; 1 Thess. 1:5; 1 Pi. 1:23.

3.   Jean 5:24; Jean 8:36; Rom. 6:4-6,15-22; Tite 2:12; 1 Jean 3:9.

4.   Gal. 5:22-23; Tite 2:12.

5.   Jean 15:5; Rom. 14:23; 1 Tim. 1:5; Tite 3:8; Héb. 11:4,6.

6.   Gal. 5:6.

7.   Rom. 9:32; 2 Tim. 1:9; Tite 3:5.

8.   Rom. 4:4-5.

9.   Matt. 7:17; Rom. 14:23; Héb. 11:6.

10.  És. 26:12; 1 Cor. 1:30-31; 1 Cor. 4:7; Gal. 3:5; Éph. 2:10; 1 Thess. 2:13.

11.  Phil. 2:13.

12.  Luc 17:10.

13.  Rom. 2:6-7; 1 Cor 3:14; 2 Jean 8; Apoc. 2:23.

14.  Matt. 10:42; Matt. 25:34-35; Apoc. 3:12.

15.  Éph. 2:8-10.

16.  És. 64:5; Rom. 7:21.

17.  Jac. 2:10.

18.  És. 28:16; Hab. 2:4; Matt. 11:28; Rom. 10:11; 1 Pi. 2:6.


Confession de foi des Pays-Bas, article 24


Dieu fait-il encore des miracles aujourd’hui? Oui, certainement! L’un des plus grands miracles que Dieu accomplit dans ce monde, c’est de prendre des gens qui sont morts spirituellement et de leur donner la vie nouvelle. La vie chrétienne comporte deux aspects, le pardon et la vie nouvelle, ou si l’on veut, la justification et la sanctification. Nous avons déjà vu que nous sommes gratuitement pardonnés et justifiés par la foi en Jésus-Christ. Le problème de notre culpabilité est définitivement réglé. Le problème de la pollution du péché dans nos vies ne l’est toutefois pas encore. Nous savons bien qu’il reste encore tout un travail de sanctification à faire. Ceux qui reçoivent le pardon de Dieu sont également des gens que Dieu change. Nous sommes appelés à marcher de progrès en progrès, à combattre le péché et à faire des oeuvres bonnes pour la gloire de Dieu. Ce long processus par lequel Dieu nous transforme s’appelle la sanctification, qui signifie rendre saint. Lire le reste de cet article » »

 

 

Sermon du 15 mai 2011 (audio mp3)

dimanche, 15 mai 2011

Est-il permis de divorcer?

(Marc 10:1-12)

MP3

 

 

Les bienfaits de notre justification

mercredi, 11 mai 2011

Source: Creative Commons, Flickr, Éric Bégin


LES BIENFAITS DE NOTRE JUSTIFICATION


Nous croyons que notre bonheur se trouve dans le pardon de nos péchés à cause de Jésus-Christ1, et que c’est en cela que consiste notre justice devant Dieu, comme David et l’apôtre Paul nous l’enseignent. Ils proclament, en effet, le bonheur de l’homme à qui Dieu accorde la justice sans les oeuvres2. Le même apôtre dit que nous sommes gratuitement justifiés par sa grâce, par la rédemption qui est en Jésus-Christ3. C’est pourquoi, nous restons attachés à ce solide fondement pour toujours. Nous donnons toute gloire à Dieu4, nous nous humilions et nous nous reconnaissons tels que nous sommes, sans mettre notre confiance en nous-mêmes ni en nos mérites5. Nous nous appuyons et nous nous reposons uniquement sur l’obéissance du Christ crucifié6. Son obéissance devient nôtre quand nous croyons en lui7. Elle est suffisante pour couvrir toutes nos iniquités et nous permettre de nous approcher de Dieu avec assurance8, libérant notre conscience de la crainte, de la terreur et de l’angoisse, afin que nous ne fassions pas comme notre premier père, Adam, qui, tout tremblant, s’est couvert de feuilles de figuier9. Car en vérité, s’il fallait que nous comparaissions devant Dieu en nous appuyant tant soit peu sur nous-mêmes ou toute autre créature, nous serions, hélas, engloutis10. C’est pourquoi chacun doit dire avec David: “Ô Seigneur, n’entre pas en jugement avec ton serviteur, car aucun vivant n’est juste devant toi”.11


1.   Luc 1:77; Col. 1:14; 1 Jean 2:1.

2.   Ps. 32:1-2; Rom. 4:6-7.

3.   Rom. 3:23-24; 2 Cor. 5:18-19; Éph. 2:8; 1 Tim. 2:6.

4.   Ps. 115:1; 1 Cor. 1:29,31; Apoc. 7:10-12.

5.   Éz. 36:32; Rom. 4:2; 1 Cor. 4:4,7; Éph. 2:8; Jac. 2:10.

6.   Ac. 4:12; Rom. 5:19; Héb. 10:20.

7.   Rom. 4:23-25; Héb. 11:6-7.

8.   Rom. 5:1; Éph. 3:12; Héb. 4:16; Héb. 10:19-22; 1 Jean 2:1.

9.   Gen. 3:7; Soph. 3:11; 1 Jean 4:17-19.

10.  Deut. 27:26; És. 33:14; Phil. 3:4-9; Jac. 2:10.

11.  Ps. 143:2; Ps. 130:3; Matt. 18:23-26; Luc 16:15.


Confession de foi des Pays-Bas, article 23


La doctrine de la justification par la foi seule constitue le coeur même de l’Évangile. L’Église doit demeurer solidement établie sur ce fondement ou bien elle va périr. Art. 23: “C’est pourquoi, nous restons attachés à ce solide fondement pour toujours.” Ce solide fondement produit d’immenses bienfaits dans nos vies. Lorsque Martin Luther a découvert la grande vérité biblique de la justification par la foi, un énorme fardeau est tombé de ses épaules et une paix profonde est venue envahir son coeur. Quels bienfaits la doctrine de la justification par la foi seule nous procure-t-elle? Lire le reste de cet article » »

 

 

haut